Le tissage, la couleur culturelle de la montagne du Vietnam

Dans les régions montagneuses du Vietnam, chaque ethnie minoritaire fabrique elle-même les objets essentiels à son quotidien, tels que les vêtements, les articles ménagers, le mobilier et les habitations. Il n’existe pas de corps de métiers spécialisés pour ces tâches.

Tissage montagne Vietnam

Certains membres de ces communautés se spécialisent néanmoins dans des activités comme la forge, la menuiserie ou la vannerie. Ils échangent alors leur surplus de production contre des étoffes et des ustensiles de ménage qu’ils ne produisent pas eux-mêmes, créant ainsi un système d’échange local.

>> En savoir plus: Le marché périodique des ethnies, une beauté de la montagne vietnamienne

Parmi les petites industries familiales les plus répandues, on trouve le tissage, la teinture et l’ornementation des étoffes. Ces activités, transmises de génération en génération, jouent un rôle central dans la vie quotidienne et l’identité culturelle de ces peuples.

Le tissage

Tissage montagne Vietnam Cham

Les montagnards tissent leurs étoffes à partir du coton ou du chanvre qu’ils cultivent localement. Leur métier à tisser, d’une grande simplicité, est constitué de deux planchettes indépendantes sur lesquelles la trame s’enroule. Cette configuration permet une grande mobilité et adaptabilité.

Tissage montagne Vietnam tirer

Pour tendre la pièce, la tisserande attache une des planchettes à son corps et fixe l’autre à un support, comme un arbre ou un pieu, ou la maintient à distance avec son pied. Une longue aiguille en bambou complète ce matériel rudimentaire mais efficace. Le fil de coton est préparé en le faisant cuire avec du millet pour lui donner de la tenue.

Tissage montagne Vietnam outil

Le tissage du chanvre est une spécialité des ethnies Hmong et Meo. La préparation de la filasse est un processus long et minutieux. Les tiges sèches sont divisées en fines lanières à l’aide des ongles, puis assemblées bout à bout par les femmes tout en vaquant à leurs occupations quotidiennes. Pour assouplir et diviser les fibres, les écheveaux de chanvre sont frottés entre un cylindre en bois et une dalle polie. Enfin, la filasse est blanchie par des lavages successifs à la cendre et des séchages au soleil.

Tissage montagne Vietnam femmes

La teinture

Tissage montagne Vietnam teinture

Pour teindre leurs étoffes en bleu, les montagnards utilisent l’indigo, une plante qui pousse à l’état sauvage dans toutes les hautes régions du Vietnam. La préparation de la teinture est d’une grande simplicité : les branches d’indigo sont laissées à macérer dans l’eau pendant trois jours, puis brossées et retirées. La matière colorante se dépose au fond et est récupérée par décantation. De la chaux y est parfois ajoutée.

Tissage montagne Vietnam teinture plantes

La teinture d’une pièce d’étoffe se fait en la plongeant pendant une vingtaine de minutes dans une solution d’un kilogramme de teinture diluée dans 30 litres d’eau. L’étoffe est ensuite essorée, rincée à l’eau courante et séchée au soleil. La chaux, l’alun, les cendres filtrées ou le jus de citron servent de mordants pour fixer la couleur.

Tissage montagne Vietnam secher

Les montagnards connaissent de nombreux autres colorants naturels comme le safran, le curcuma, le rocou, le nao, la cochenille, l’ocre rouge ou le cunao, mais seul l’indigo est utilisé de façon courante. Le jaune s’obtient avec la racine de safran et le rhizome de curcuma, tandis que le rouge provient des graines de rocou et des racines de nao.

Tissage montagne Vietnam secher soleil

Si les étoffes sont le plus souvent teintes de façon uniforme, elles sont parfois ornées de motifs comme des rayures, des carreaux ou des fleurs. Ces décors sont obtenus soit par décoloration à la chaux, soit par l’application d’une fine couche de cire d’abeille avant la teinture. Chez les Hmong, les Man et les Thaï, les femmes maîtrisent également l’art de la broderie, utilisant des fils de soie multicolores achetés à l’extérieur.

Tissage montagne Vietnam fini

Au-delà de son rôle dans la préservation des traditions et de l’identité culturelle des ethnies montagnardes, le tissage représente également une source de revenus non négligeable pour ces populations. Cette activité ancestrale, transmise de mère en fille, contribue ainsi à l’autonomie économique et à l’amélioration des conditions de vie dans ces régions reculées du Vietnam.

>> En savoir plus: 6 règles de vie à respecter avec les ethnies du Vietnam

En fin de compte, le tissage incarne l’âme même des ethnies montagnardes du Vietnam. C’est un art qui mêle avec subtilité techniques ancestrales, savoir-faire uniques et créativité, pour donner naissance à de véritables œuvres d’art vestimentaires. En découvrant ces étoffes chatoyantes et finement ouvragées, c’est tout un pan de la richesse culturelle du Vietnam qui se dévoile. Un voyage sur mesure au vietnam vous permettra d’aller à la rencontre de ces artisans d’exception et de vous immerger dans leur univers fascinant, où tradition et modernité s’entrelacent avec harmonie.