Le sacrifice du buffle chez les Maa

L’immolation du buffle est la cérémonie la plus importante parmi les populations vietnamiennes. Elle serait le résultat de la substitution de l’animal à une victime humaine.

. Nom de l’ethnie : Mạ (Maa)
. Population : plus de 34.000
. Langue : Môn-Khơ-me
. Aire d’habitat : province de Lam Dong (centre), Dong Nai (sud)

Le sacrifice du buffle est une pratique répandue sur les hautes terres du Vietnam, notamment chez les Meo (Hmong) lors des cérémonies funéraires et les Thaï pendant les funérailles. Cette coutume revêt une importance particulière pour les Maa, une ethnie vivant principalement dans les provinces de Lam Dong et Dong Nai.

sacrifice buffle Maa gongs

La préparation minutieuse du rituel

Chez les Maa (dân tộc Mạ en vietnamien) des hauts plateaux du Centre du Vietnam, les préparatifs de la fête durent plusieurs jours. Les buffles sont attachés à des poteaux en bois de bombax, entourés d’un concert envoûtant où se mêlent le tintement des gongs, les cris des participants, la sonnerie des cors et les mélodies délicates des flûtes.

>> En savoir plus: Les Jarai (Gia Rai), ceux qui respirent les Hauts Plateaux

sacrifice buffle Maa fete

Les imposants bambous rla, sélectionnés avec soin, constituent les ornements principaux de la cérémonie. Leur abattage s’accompagne d’un petit sacrifice et d’une bénédiction, implorant la faveur des génies. Chaque famille est représentée par un entremetteur auprès des Yang lors du premier rite chez le sacrifiant d’un buffle. Ce rite initial vise à informer les divinités de l’arrivée et de l’attache des animaux, dont les cornes sont décorées de cylindres en bambou gravés de motifs géométriques.

sacrifice buffle Maabambou

Une fois ce rituel accompli, les hommes, parés de beaux vêtements et armes, s’enfoncent dans la forêt pour convier les génies krong de la brousse. Ils sont précédés par l’orchestre des gongs et suivis par une foule nombreuse de villageois.

Le jour fatidique du sacrifice

Au petit matin, les gongs résonnent à nouveau, marquant le début des ultimes préparatifs. De petits sacrifices de coqs sont réalisés sur les estrades devant les maisons, accompagnés par le grondement des tam-tams.

sacrifice buffle Maa gongs

Des hommes réputés pour leur dextérité procèdent à l’immolation des buffles. Les jarrets arrières des animaux sont d’abord tranchés à la hache, puis ils sont achevés d’un coup de lance dans le flanc droit, transperçant le cœur. Immédiatement après leur mise à mort, les dépouilles sont recouvertes d’un gong et d’une couverture, offrandes destinées au grand esprit Ndu. Une prière solennelle est ensuite récitée à voix haute par les hommes sacrés et les chefs de famille, s’adressant aux génies tutélaires.

sacrifice buffle Maa rla

Dès que la tête du buffle est tranchée et détachée, les officiants recueillent son sang pour en oindre le mât de fête, les gongs, le tam-tam et l’autel familial. Les hommes se barbouillent le front avec ce sang sacré.

La nuit se déroule en libations et, à l’aube, il faut penser à “servir” les génies locaux krong de la forêt. La chair des buffles est découpée et répartie, puis les hommes sacrés prélèvent la part des divinités. Ils parcourent à nouveau le chemin des lieux sacrés visités la veille pour offrir aux divinités tutélaires du terroir leur dû de viande, toujours accompagnés des gongs et des joueurs de cor.

sacrifice buffle Maa manger

Le sacrifice du buffle et les activités culturelles traditionnelles qui l’entourent revêtent de multiples significations culturelles et spirituelles pour les minorités ethniques Maa. Cette cérémonie est une façon de remercier les divinités pour leur protection contre les ravages des animaux et des oiseaux dans les champs, pour l’abondance des récoltes, pour l’harmonie et la joie au sein du village, ainsi que pour l’absence d’épidémies. Les sons des gongs, les chants et les danses renforcent la foi en une bonne récolte, face à une vie constamment menacée par l’incertitude, les catastrophes naturelles et les sabotages ennemis.

sacrifice buffle Maa riz

Au-delà de sa dimension spirituelle, ce grand rassemblement est l’occasion de régler de nombreuses affaires au sein de la communauté. Tous dansent, mangent et jouent ensemble. Après la cérémonie, la tristesse, l’animosité et la jalousie sont emportées par les dieux, laissant place à la joie et au bonheur. Chacun retourne alors au travail avec enthousiasme, prêt à œuvrer pour la production.

>> En savoir plus: 6 règles de vie à respecter avec les ethnies du Vietnam

voyage sur mesure au vietnam