Le mariage vietnamien d’hier et d’aujourd’hui

Dans toute société, le mariage représente l’un des événements les plus marquants de la vie, et le Vietnam ne fait pas exception. Occupant une place prépondérante, aux côtés de l’acquisition d’un buffle et de la construction d’une maison, le mariage symbolise le passage à l’âge adulte pour les Vietnamiens, quelle que soit l’époque. Il incarne des moments sacrés auxquels ils accordent une grande importance.

L’évolution des traditions matrimoniales vietnamiennes reflète l’interaction complexe entre héritage ancestral et influences occidentales. Malgré une simplification progressive des rites, de nombreux jeunes estiment que les coutumes actuelles, encore tatillonnes, gagneraient à être davantage allégées. Explorons les caractéristiques du mariage d’antan et d’aujourd’hui, afin de mieux comprendre cette quête d’équilibre entre tradition et modernité.

mariage vietnamien offrandes mariage

La noix d’arec et le bétel, indissociables des offrandes de fiançailles

Une conception du mariage en mutation

Autrefois, si l’acte civil officialisait l’union, c’était la cérémonie du mariage qui revêtait la plus haute importance culturelle aux yeux des Vietnamiens. Ce jour sacré, où les deux familles célébraient et recevaient la reconnaissance de leur entourage, scellait l’alliance entre les jeunes époux. Tradition oblige, dans les sociétés féodales, les parents décidaient du choix du conjoint de leurs enfants, veillant à assurer la cohésion sociale et matérielle entre les lignées. Le mariage relevait alors d’un arrangement familial plutôt que d’une union amoureuse.

mariage vietnamien jadis famille aisee

Un mariage d’une famille aisée d’autrefois

De nos jours, si la signification profonde du mariage demeure inchangée, le rôle parental dans le choix du conjoint a considérablement évolué. Les jeunes générations, plus libres de trouver l’amour et de se marier, bénéficient d’une moindre ingérence parentale dans leur vie personnelle. Néanmoins, malgré la reconnaissance légale de leur union par un acte civil, les époux aspirent toujours à obtenir l’approbation de leurs familles respectives et la bénédiction de leurs proches.

mariage vietnamien mariee sert the aux proches

Rites et cérémonies : entre tradition et adaptabilité

Dans les sociétés anciennes, les rencontres entre futurs époux étaient orchestrées par les familles, selon des critères astrologiques stricts régissant tant le profil des prétendants que la date des noces. En cas d’accord, les deux clans devaient contribuer en espèces ou en nature aux travaux communautaires du village, tels que la construction de chemins ou de puits.

mariage vietnamien devant autel ancetres

Le culte aux ancêtres, un rite traditionnel incontournable

Jadis, les rites traditionnels du mariage se déclinaient en six étapes incontournables :

Nap thai ou Cham ngo : rencontre officielle des familles, avec remise des présents rituels par celle du jeune homme
Van Danh : visite de la famille du futur marié pour s’enquérir de la date de naissance de la promise, en vue de consulter l’horoscope
Nap Cat : annonce à la famille de la jeune femme du résultat de l’horoscope, avec recherche de conciliation en cas de pronostic défavorable
Nap trung : fiançailles
Thinh Ky : rencontre des familles pour fixer la date et l’heure de la cérémonie du mariage
Than Nghinh ou Vu Quy : célébration du mariage proprement dite

mariage vietnamien moderne servir du the aux proches

La fiancée servant traditionnellement le thé aux aînés des deux familles

Aujourd’hui, le mariage contemporain se veut plus simple, en phase avec une société en mutation. Cependant, les familles vietnamiennes restent attachées à certains rites et coutumes séculaires, tout en faisant preuve de souplesse dans leur application, selon leurs possibilités. Le banquet, point d’orgue des festivités, se tient au restaurant ou chez les mariés, avec à la clé échange d’alliances, gâteau, champagne et autres codes occidentaux.

Fidèles à la tradition, les jeunes époux rendent visite après la noce aux parents de la mariée, munis d’offrandes en signe de gratitude envers les ancêtres et les aînés. Un repas familial chez l’épouse vient souvent parachever ce bel usage, propice au renforcement des liens intergénérationnels.

Évolution des tenues nuptiales

Jadis, dans le Nord, la mariée arborait le «ao mo ba», un ensemble de trois robes superposées, avec une robe extérieure en gaze noire et des sous-robes aux couleurs vives (rose, bleu azur, jaune citron…), également portées lors des festivités. Au Centre, le ao mo ba se composait d’une longue robe rouge ou rose, d’une robe en gaze indigo et d’une robe noire par-dessus. Dans le Sud, les femmes optaient pour l’ao dai, une tunique longue en brocart, un pantalon noir en soie et des babouches brodées.

Le marié, quant à lui, revêtait un ao dai masculin en brocart ou en gaze bleue, un pantalon blanc ample et un chignon noué dans un turban bleu, et ce dans tout le pays.

mariage vietnamien ao dai mariage

L’incontournable ao dai dans les photos de mariage

Aujourd’hui, malgré la prévalence des codes vestimentaires occidentaux, la mariée vietnamienne arbore souvent une robe blanche en satin, tandis que le marié porte une veste de cérémonie. La robe de mariée, au cœur des tendances, ne cesse d’évoluer. Toutefois, lors des fiançailles, l’ao dai ou robe vietnamienne traditionnelle reste l’habit de prédilection de la future épouse.

Entre modernité et traditions ancestrales, le mariage vietnamien évolue tout en préservant un riche patrimoine immatériel. Au 21e siècle, certains éléments immuables transcendent les époques : décoration rouge, noix d’arec et bétel, «bánh phu thê» (gâteau nuptial), plateau aux cinq fruits, culte des ancêtres… Autant d’us et coutumes qui ne sont pas près de disparaître.

>> Envie de mieux appréhender la culture vietnamienne et de découvrir ce pays riche en traditions ? Un voyage sur mesure au Vietnam à réaliser en quelques clics.