Le mariage chez les Ede (Rhadé), une ethnie de droit maternel

Les Ede, également connus sous le nom de Rhadé, sont une ethnie fascinante qui habite principalement sur les hauts plateaux du Dak Lak, dans le sud du Vietnam. Leur société est régie par un système matrilinéaire, ce qui confère aux femmes des droits importants tant au sein de la famille que dans la communauté. L’un de ces droits fondamentaux est celui de se marier et de transmettre le nom de famille maternel à leurs filles, leur octroyant ainsi une position particulière au sein de la structure familiale.

mariage Rhadé indochine

Les Ede appartiennent au groupe linguistique malayo-polynésien et ont développé une culture riche et singulière, profondément ancrée dans leur environnement naturel. Leurs villages sont généralement situés en montagne, à proximité de sources d’eau, et sont composés de longues maisons traditionnelles construites sur de solides pilotis. Ces habitations, souvent orientées nord-sud, abritent plusieurs familles et sont fabriquées à partir de matériaux végétaux locaux, témoignant de l’ingéniosité et de l’adaptabilité de ce peuple.

mariage Rhadé maison

Une société matrilinéaire aux traditions ancestrales

Au cœur de la culture Ede, le riz occupe une place centrale en tant qu’aliment de base. Les paysans, fins connaisseurs de leur terroir, choisissent avec soin l’emplacement de leurs futurs champs, évitant scrupuleusement les endroits réputés maudits. Cette connexion profonde avec la terre se reflète également dans leur organisation sociale matrilinéaire, où les enfants appartiennent au groupe de leur mère et où les biens précieux tels que les gongs, les jarres, le bétail et le paddy sont considérés comme des propriétés du lignage maternel.

mariage Rhadé couple

Le mariage chez les Ede : une alliance entre deux lignées

Le mariage revêt une importance cruciale dans la société Ede, et les jeunes filles ont le devoir de trouver un époux lors des fêtes traditionnelles. Lorsqu’un garçon attire l’attention d’une fille, celle-ci en informe ses parents qui mandatent alors un entremetteur pour demander la main du prétendant. Une fois l’union acceptée, les futurs époux procèdent à un échange de cadeaux symboliques, scellant ainsi leur engagement mutuel.

mariage Rhadé bracelet

Les bracelets échangés deviennent les emblèmes tangibles de cette promesse d’amour. La famille du marié offre traditionnellement un buffle, un gong, un poulet, de l’alcool de riz et deux bracelets en cuivre ou en or. Cependant, il n’était pas rare que certains mariages soient reportés de plusieurs années en raison de la pauvreté de la famille de la mariée, incapable de fournir les offrandes requises.

mariage Rhadé cortege

Pendant que la famille de la jeune fille prépare ses présents, elle informe les génies en sacrifiant une jarre. Le lendemain, chez le garçon où réside temporairement la fiancée, la maîtresse de maison avertit à son tour les génies wah wat pour son fils. Ces cérémonies nuptiales visent à établir un équilibre harmonieux entre les lignées maternelle et paternelle, tout en préservant la primauté féminine. L’union doit impérativement être célébrée sous le regard bienveillant des esprits.

mariage Rhadé danse

Les festivités du mariage s’étendent sur deux jours, ponctués de rituels empreints de symbolisme. Le premier jour, la famille de la mariée prépare un festin de bœuf et de porc, suivi de la cérémonie solennelle du “cortège nuptial”, rythmée par des danses et des chants qui se prolongent toute la nuit. Lors de son arrivée chez la mariée, le futur époux doit se laver les pieds avec un bol d’eau, un geste purificateur. Accompagné de son oncle et de son frère, le marié porte trois bracelets en cuivre et boit un bol d’alcool, tandis que la mariée reproduit ce rituel avec son frère et sa sœur, sous le regard attentif des dieux et de l’ensemble du village. Le deuxième jour, à l’issue des cérémonies, la communauté se rassemble pour abattre des cochons en l’honneur des nouveaux époux.

mariage Rhadé musique

Après le mariage, le jeune homme s’installe dans la famille de son épouse. Lorsque sa situation économique le permet, il envisage alors de bâtir son propre foyer. S’il souhaite rendre visite à ses parents, il doit préalablement obtenir l’autorisation de sa femme. De plus, lorsque celle-ci quitte la maison, le mari se doit de porter un sac à sa suite, symbole de son dévouement. Les Ede ont également pour coutume de “rester chez le marié” : la jeune mariée est tenue de vivre et de travailler au sein de la famille de son époux, parfois pendant plusieurs années.

À l’instar des Jaraï, il existe chez les Ede une loi de remplacement du conjoint défunt. La veuve doit alors trouver un nouveau mari afin d’assurer la pérennité de la famille. Pour des raisons de “proximité”, le nouveau conjoint est souvent un frère ou un neveu du défunt, préservant ainsi les liens familiaux.

mariage Rhadé H'Hen Niê miss

H’Hen Niê, la représentante du Vietnam dans le top 5 de Miss Univers 2018, est une Rhadé.

Ces articles pourraient vous intéresser aussi:

>> Les Jarai (Gia Rai), ceux qui respirent les Hauts Plateaux

>> Le lac de Lak, un trésor des M’Nong à Dak Lak

La culture fascinante des Ede, avec ses traditions matrilinéaires ancrées dans le respect de la nature et des ancêtres, offre un aperçu saisissant de la richesse ethnique du Vietnam. Découvrir les rites nuptiaux singuliers, l’architecture vernaculaire et les coutumes ancestrales de ce peuple montagnard est une expérience inoubliable. Pour vivre cette immersion au cœur des ethnies minoritaires dans les meilleures conditions, optez pour un voyage sur mesure au Vietnam, guidé par des experts locaux.