L’ethnie Tày, un monde à dévoiler derrière la tunique indigo

Avec une population de 1,6 millions d’individus, l’ethnie Tày représente le deuxième groupe ethnique le plus important du Vietnam, juste après les Viet (Kinh). Répartis en cinq sous-groupes distincts – Tho, Ngan, Phen, Thu Lao et Pa Di – ils habitent principalement dans les régions montagneuses du nord du pays, notamment dans les provinces de Lang Son, Tuyen Quang, Ha Giang, Bac Kan, Yen Bai, Thai Nguyen et Lao Cao, ainsi que partiellement dans le centre, comme à Dak Lac. Sur le plan linguistique, les Tày partagent avec les Thaï les caractéristiques du système Tay-Thaï.

À l’instar de la plupart des minorités ethniques des régions montagneuses, les Tày vivent dans des maisons sur pilotis et excellent dans une grande variété de métiers, tels qu’agriculteurs, cultivateurs, tricoteurs, forgerons et tailleurs. Les femmes Tày sont particulièrement réputées pour leur talent exceptionnel dans le tissage de brocatelles raffinées.

ethnie tay vietnam maison pilotis

En termes de tenue vestimentaire, les Tày se distinguent par leur sobriété parmi les 54 ethnies présentes au Vietnam. L’indigo règne en maître sur les tuniques traditionnelles en coton, tant pour les hommes que pour les femmes, avec une quasi-absence de motifs brodés ou décoratifs.

ethnie tay vietnam tenue traditionnelle

Les hommes arborent généralement une tunique à quatre ou cinq pans pour les occasions festives, accompagnée d’un pantalon et de chaussures en tissu, ainsi que d’un bandeau ou d’un chapeau typique. Quant aux femmes, elles se parent élégamment de bijoux en argent et portent une tunique indigo plus longue, ceinturée de soie, parfois dans des couleurs vibrantes. Des variations subtiles distinguent les tenues des cinq sous-groupes Tày.

>> Plus sur l’ethnie Thaï : “Les Thaï dans la mosaïque des ethnies du Vietnam

Malgré la simplicité de leurs vêtements, les règles de vie des Tày sont d’une grande complexité, régissant l’ensemble de la communauté et l’ordre familial. Avant d’emménager dans une nouvelle habitation, ils accordent une grande importance à l’orientation du terrain, à l’âge des occupants et au choix d’un jour propice, en accord avec leur géomancie coutumière. Ce rituel rappelle celui des Kinh, à la différence près que le chef de famille doit allumer un feu et veiller sur la flamme jusqu’au lever du soleil.

Les Tày pratiquent également le culte des ancêtres et vénèrent les génies de la maison, de la cuisine et la déesse de l’accouchement (Dame Mu). La cuisine, considérée comme l’âme de la demeure, abrite le génie du feu, particulièrement sacré pour son rôle de gardien du bonheur familial.

Dans la société patriarcale des Tày, l’homme et le fils occupent une position privilégiée au sein de la hiérarchie familiale. Si les jeunes sont libres de tomber amoureux, le choix final du conjoint revient exclusivement aux parents. Le mariage obéit à un protocole strict, dictépar les us et coutumes ancestraux, comprenant la demande en mariage, les fiançailles, les cadeaux offerts par le futur marié à la famille de sa promise, l’annonce de la date du mariage, la cérémonie nuptiale, l’accueil et les adieux à la mariée.

ethnie tay vietnam mariage

Lors du mariage, la mariée demeure chez ses parents jusqu’à l’approche de la naissance de leur premier enfant, moment où elle s’installera dans la famille de son époux. Dès l’âge de 10 ans, les filles cultivent du coton pour confectionner une couverture et deux oreillers destinés à être offerts à la belle-famille. Le jour des noces, la famille du marié prend en charge l’intégralité du festin, composé de mets variés et copieux représentant les cinq éléments (métal, bois, eau, feu et terre), le tout dégusté sans alcool.

Les rites funéraires des Tày, similaires à ceux des Kinh, suivent un protocole méticuleux, de la préparation à la mise en bière, en passant par les coutumes à respecter ultérieurement. Outre l’intervention obligatoire de sorciers et de maîtres du rite, des chants et une musique funéraire interprétés par un groupe de cinq à six disciples sont indispensables. Selon leurs croyances, la somptuosité des obsèques reflèterait l’importance de la reconnaissance des enfants envers leurs parents disparus.

>> En savoir plus : “6 règles de vie à respecter avec les ethnies du Vietnam

En plus des fêtes principales comme le Têt Nguyên Đán (Nouvel An) et la fête du 7e mois lunaire en hommage aux défunts, les Tày célèbrent d’autres festivités, telles que la fête d’appel à l’âme des buffles et des bœufs le 6e jour du 6e mois lunaire, ou encore la fête du “nouveau riz”, semblable aux traditions des Thaï et des Xe Dang, qui vivent principalement de la riziculture.

ethnie tay vietnam jeu traditionnel

Ces manifestations haute en couleur témoignent du fort attachement des Tày à leurs traditions folkloriques, comme en attestent les chants “luon”, “phong slu”, “phuoi pac”, “phuoi roi”, ainsi que des jeux populaires comme le “nem con” (balles étoffées), le “keo co” (tir à la corde) ou encore la danse des lions.

Les Tày forment un riche pan de la mosaïque ethnique du Vietnam, avec leurs traditions séculaires ancrées dans le respect des ancêtres et de la nature. Découvrir leur mode de vie, leur artisanat raffiné et leurs célébrations hautes en couleur est une expérience unique. Pour vous immerger au cœur de cette culture fascinante, optez pour un voyage sur mesure au Vietnam conçu par des experts locaux, à la rencontre de l’âme profonde du pays.