La culture vietnamienne démystifiée !

Explorer la culture et les coutumes locales est une partie essentielle de tout voyage, en particulier lorsque votre destination est le Vietnam. En tant que carrefour culturel de l’Asie du Sud-Est, il est crucial de s’immerger dans le riche patrimoine que le Vietnam a accumulé au fil des siècles, enrichissant ainsi véritablement votre expérience de voyage bien au-delà de simples photos. Plus important encore, cela démontre que vous êtes plus qu’un simple touriste, mais un voyageur respectueux des croyances et traditions locales.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur la fascinante culture vietnamienne pour vous lancer dans une véritable aventure sud-asiatique :

1. Arts performants
1.1. Musique dans la culture vietnamienne
1.2. Danses culturelles vietnamiennes
1.2.1. Danse du Dragon/Lion
1.2.2. Danse des éventails
1.2.3. Danse du chapeau
1.2.4. Danse des lanternes
2. Théâtre vietnamien traditionnel
2.1. Hat tuong ou Hat boi
2.2. Cai Luong
2.3. Marionnettes sur l’eau
3. Religion au Vietnam
3.1. Religion populaire vietnamienne
3.2. Bouddhisme au Vietnam
3.3. Christianisme
4. Littérature vietnamienne
5. Art vietnamien
6. Robe culturelle vietnamienne
7. Cuisine culturelle vietnamienne

1. Arts performants

1.1. Musique dans la culture vietnamienne

La musique occupe une place prépondérante dans le cœur des Vietnamiens depuis des temps immémoriaux. Le pays compte près de 50 instruments de musique nationaux, les percussions étant les plus populaires, suivies des instruments à vent et à cordes. La musique traditionnelle vietnamienne se divise en deux grands genres : la musique de cour impériale et la musique folklorique.

culture vietnamienne musique

La musique de cour impériale, comme son nom l’indique, était jouée dans les palais des dynasties Tran et Nguyen. Les chansons visaient principalement à souhaiter longévité et prospérité au roi et à son royaume. Des chants étaient également composés en l’honneur des divinités et des érudits tels que Confucius, entonnés dans les temples et parfois même dans les appartements royaux. Cette musique de cour se divisait en trois catégories : Nha Nhac (musique élégante, rituelle et cérémonielle), Dai Nhac (grande musique) et Tieu Nhac (petite musique).

La musique folklorique possède quant à elle une histoire encore plus riche et fait partie intégrante du quotidien des Vietnamiens. Parmi les formes les plus populaires, on trouve le Cheo, le Quan Ho, le Hat Chau Van, le Ca Tru, le Ho et le Hat Xam. Le Quan Ho et le Ho sont des chants de séduction interprétés respectivement dans les provinces du nord et du sud du Vietnam. Le Hat Xam était chanté par des artistes aveugles itinérants, à la manière des bardes occidentaux. Cette forme musicale s’est raréfiée de nos jours. Les traditions folkloriques les plus vivaces restent le Hat Chau Van et le Ca Tru, nées toutes deux en réaction à la répression coloniale. Le premier invoque les esprits lors de cérémonies religieuses et vise à provoquer la transe, tandis que le second, chanté par des femmes pour divertir l’élite masculine, s’apparente à un art de geisha.

Le Nhac dan toc cai bien est un ajout relativement récent à la scène musicale vietnamienne et rencontre un franc succès populaire. Il intègre des éléments occidentaux tels que l’harmonie à la musique traditionnelle, opérant ainsi une fusion entre Orient et Occident.

1.2. Danses culturelles vietnamiennes

Les tambours de Dong Son, vestiges du delta du fleuve Rouge remontant à 600 av. J.-C., sont ornés de personnages dansants, preuve que la danse fait partie intégrante de la culture vietnamienne depuis des millénaires. L’ethnie Kinh majoritaire a développé une grande variété de danses au fil des siècles, auxquelles s’ajoutent les danses traditionnelles propres à chacune des 54 minorités ethniques du pays. Tout cela a donné naissance à une culture de la performance très dynamique au Vietnam, mettant en scène des costumes extravagants, un maquillage élaboré et des airs de Nha Nhac (musique “élégante” de cour). Les principales danses traditionnelles vietnamiennes sont :

1.2.1. Danse du Dragon/Lion

Le dragon jaune et rouge, motif d’origine chinoise bien connu, symbolise le pouvoir et la bonne fortune. Adapté et intégré à la culture vietnamienne, il est fréquemment mis en scène lors des festivals comme le Têt (Nouvel An lunaire) ou la Fête de la mi-automne, ainsi que pour des événements tels que les inaugurations d’entreprises. Souvent accompagnée d’acrobaties et d’arts martiaux, cette danse crée une atmosphère de réjouissances festives.

1.2.2. Danse des éventails

Comme son nom l’indique, cette danse met en scène 4 ou 5 danseurs maniant de magnifiques éventails. Elle serait originaire des vastes prairies et champs ouverts. Destinée à ravir le public, elle imite le glissement gracieux des fleurs sur l’eau, créant ainsi une forme d’art unique qui gagne rapidement en popularité dans les pays voisins comme la Chine et la Corée.

1.2.3. Danse du chapeau

culture vietnamienne danse

La danse du chapeau, tout comme celle de l’éventail, est une autre danse culturelle vietnamienne remarquable qui respire la synchronicité. Les danseurs virevoltent avec grâce tout en échangeant et en manœuvrant leurs grands chapeaux coniques en bambou, rendant ainsi hommage aux agriculteurs qui travaillent dur dans les rizières pour nourrir le pays. La danse se conclut généralement par une invitation lancée au public à rejoindre les danseurs sur scène, pour une fin de spectacle mémorable et interactive.

1.2.4. Danse des lanternes

C’est un véritable délice visuel. Des danseurs tiennent et glissent entre des lanternes, qui entourent parfois des idoles ou des statues. Jouée pour le Nouvel An lunaire, cette danse est particulièrement appréciée des enfants. Après la représentation, les danseurs libèrent les lanternes qui s’envolent dans le ciel nocturne parmi les ballons et les feux d’artifice, créant un spectacle à couper le souffle.

>> À lire aussi : Danses, musiques et chants traditionnels du Vietnam

2. Théâtre vietnamien traditionnel

culture vietnamienne acteur

Différentes formes de théâtre traditionnel se sont épanouies au Vietnam au fil des siècles, chacune avec sa saveur unique. Les principaux genres théâtraux vietnamiens sont :

2.1. Hat tuong ou Hat boi

Souvent appelé “opéra classique vietnamien”, le Hat Boi a été importé de Chine et joué à la cour royale dès le 13ème siècle. Les pièces abordaient généralement des thèmes importants de la culture vietnamienne, l’intrigue se concentrant sur le décorum et l’histoire, mettant en scène des personnages archétypaux avec des costumes et un maquillage élaborés. Une forme improvisée de musique de cour impériale, le Nhac Tai Tu, accompagnait les représentations.

2.2. Cai Luong

Forme théâtrale plus populaire au Vietnam que le Hat Tuong, le Cai Luong s’est révélé l’une des formes les plus adaptables. Basé sur des thèmes contemporains, il intégrait des éléments modernes comme la guitare électrique, tandis que le chant qui accompagnait la pièce était très vibrato. Cependant, depuis les années 1970-80, la popularité du Cai Luong a rapidement décliné et il dépend désormais principalement des subventions de l’État.

2.3. Marionnettes sur l’eau

C’est la forme de théâtre vietnamien par excellence, attirant chaque année des hordes de touristes. Les marionnettistes, dissimulés derrière un écran en bambou fendu, utilisent de longues perches cachées sous l’eau pour manipuler les marionnettes. Né dans le nord du Vietnam, le théâtre de marionnettes sur l’eau est l’un des aspects les plus connus de la culture vietnamienne dans le monde, car il s’agit d’un art unique au pays.

De nos jours, le théâtre vietnamien s’est diversifié en accueillant des styles modernes, faisant appel aux acrobaties, aux accessoires et aux illusions d’optique. Les meilleurs endroits pour assister à un spectacle de marionnettes sur l’eau sont le Théâtre de marionnettes sur l’eau Thang Long à Hanoï et le Théâtre de marionnettes sur l’eau Dragon d’Or à Hô Chi Minh-Ville, tandis que le majestueux Opéra de Saigon est le lieu idéal pour tous les autres types de représentations.

>> À lire aussi : Marionnette sur l’eau vietnamienne (Mua Roi Nuoc)

3. Religion au Vietnam

culture vietnamienne religion

Bien que le Vietnam soit officiellement un État athée, la religion fait partie intégrante de la culture et de la vie quotidienne des Vietnamiens. Si le bouddhisme, le catholicisme et le protestantisme comptent des adeptes dans le pays, la religion dominante reste la religion populaire vietnamienne. Celle-ci combine des éléments du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme avec des pratiques indigènes ancestrales.

3.1. Religion populaire vietnamienne

Une composante majeure de la religion populaire vietnamienne est le culte des Than (esprits ou divinités) qui peuvent être des dieux de la nature, des divinités communautaires ou des ancêtres divinisés d’une famille particulière. La vénération des ancêtres est particulièrement répandue et les récits d’actes héroïques ou de forces cosmiques abondent dans la mythologie locale. Les temples, appelés Mieu, sont généralement situés à l’écart de l’agitation urbaine, dans des lieux plus isolés. Les déesses mères occupent également une place importante dans la théologie de la culture vietnamienne.

>> À lire aussi : Le temple Cao Dai, saint-siège du Caodaïsme à Tay Ninh

3.2. Bouddhisme au Vietnam

Le bouddhisme est arrivé au Vietnam depuis l’Inde et la Chine dès le 2ème siècle de notre ère. Le bouddhisme vietnamien diffère grandement de la manière dont il est pratiqué ailleurs, comme en témoigne l’absence de sangha, de hiérarchie et autres structures institutionnelles habituellement présentes. Le bouddhisme Mahayana est l’école dominante, associée à des éléments taoïstes et à des croyances chinoises. Les pratiquants se concentrent moins sur la spiritualité que sur les rituels de dévotion comme la récitation des sutras et dharanis pour obtenir la bénédiction des bodhisattvas.

3.3. Christianisme

L’église la plus répandue au Vietnam est l’église catholique romaine, arrivée avec les missionnaires portugais et renforcée sous la colonisation française. L’écriture romanisée de la langue vietnamienne, utilisant l’alphabet latin avec des signes diacritiques, a également été développée avec l’aide de ces missionnaires. Le protestantisme a aussi gagné du terrain au siècle dernier et compte désormais plus de 50 000 fidèles.

4. Littérature vietnamienne

Depuis le 11ème siècle, la culture vietnamienne a préservé le folklore et les contes transmis oralement de génération en génération. Cette littérature populaire ancienne, conservée en vietnamien, reste accessible au grand public aujourd’hui. Elle relate généralement des mythes de création, met en scène des icônes culturelles, des dieux, des déesses et autres êtres surnaturels. L’histoire bien connue de Lac Long Quan et Au Co en est un parfait exemple.

culture vietnamienne litterature

La littérature médiévale, quant à elle, était écrite en chinois classique, ce qui la rend difficilement accessible à la plupart des Vietnamiens contemporains. Les proclamations et documents officiels royaux ainsi que les premières œuvres poétiques et créatives survivent dans cette écriture chinoise. Ces œuvres doivent être traduites en vietnamien moderne pour que le grand public puisse les apprécier. Parmi les œuvres notables, citons le Gia huan ca, un poème confucéen de 976 vers attribué à Nguyen Trai, écrit dans les années 1420.

L’adoption de l’écriture nationale “quoc ngu” a permis de démocratiser l’écrit et de rendre la littérature accessible à une large part de la population. Ce système d’écriture a dû lutter pour être accepté au 19ème siècle, car beaucoup le percevaient comme une imposition de la domination coloniale française. Cependant, avec l’indépendance du Vietnam et le programme d’alphabétisation très réussi du gouvernement, cette écriture a été officiellement adoptée et est devenue le principal moyen d’écriture dans le pays. Parmi les œuvres marquantes, mentionnons So Do de Vu Trong Phung, écrit en 1936.

>> À lire aussi : La calligraphie en « quốc ngữ » au Vietnam, un trésor du peuple

5. Art vietnamien

L’art vietnamien existe depuis 8000 av. J.-C., sous forme de poteries d’argile, témoins de l’art néolithique et partie intégrante de la culture vietnamienne. Mais l’art tel que nous le connaissons aujourd’hui ne se limite pas à la poterie. Il s’exprime aussi à travers la danse, le cinéma, la peinture, l’architecture, etc. On peut affirmer sans se tromper que l’art vietnamien a parcouru un long chemin depuis ses débuts et qu’il jouit désormais d’une renommée mondiale.

culture vietnamienne porcelaine

Pendant la domination chinoise, de 111 av. J.-C. à 939 ap. J.-C., les formes d’art au Vietnam ont été principalement influencées par les techniques chinoises. La calligraphie a été adoptée dans le pays. La poésie et la peinture s’inspiraient des paysages et des oiseaux. Au 19ème siècle, après avoir longtemps été imprégnée de la culture chinoise, l’art vietnamien a accueilli avec enthousiasme les influences françaises. La porcelaine, la laque et la terre cuite ont cédé la place à la soie, à la laque et à l’huile pour ajouter une touche française aux peintures. Les événements historiques vietnamiens ont été immortalisés sur toile.

L’art vietnamien ne cesse de prospérer et gagne chaque jour en popularité grâce à sa richesse et à la complexité de son travail. Il offre un mélange parfait de cultures orientale (chinoise) et occidentale (française), auquel s’ajoute une touche vietnamienne pour créer quelque chose d’unique et d’exotique.

6. Robe culturelle vietnamienne

culture vietnamienne ao dai

La robe culturelle du Vietnam s’appelle Ao Dai. Faisant partie de la culture vietnamienne depuis 1774, elle a été commandée par Vo Vuong et rendue obligatoire par le gouvernement Nguyen. Les femmes portent une tunique longue à manches longues, à col montant et fendue jusqu’à la taille. Elle est associée à un pantalon fluide, généralement blanc ou noir. Les hommes portent également le même ensemble, mais leur tunique est plus courte et non fendue. La robe est faite uniquement de coton, adaptée au climat du pays. Autrefois, la couleur de l’ao dai féminin reflétait le statut matrimonial : blanc pour les jeunes filles, pastel pour les célibataires et couleurs vives pour les femmes mariées. De nos jours, les couleurs ne sont plus liées à l’âge ou au statut marital et les femmes choisissent librement la teinte qui leur plaît.

>> À lire aussi : Le ao dai vietnamien, le charme éternel

L’Ao dai est souvent associé au “non la”, le chapeau conique traditionnel vietnamien. En forme de cône et fabriqué à partir de feuilles de latanier, il offre une protection efficace contre la pluie et le soleil.

>> À lire aussi : Chapeau conique des Vietnamiens

7. Cuisine culturelle vietnamienne

Le pho, soupe de nouilles de riz plates servie avec du poulet ou du bœuf, est le plat national du Vietnam. En effet, le climat du pays favorise la culture du riz dans tout le territoire. Le riz se retrouve dans presque tous les repas d’une famille vietnamienne typique, que ce soit nature, dans les nouilles, les nems, les vins, etc. Le Nuoc Cham, une sauce de trempage, accompagne presque tous les plats et se trouve dans chaque foyer. Contrairement à d’autres pays où la consommation de cuisine occidentale et de malbouffe augmente chaque jour, les Vietnamiens sont fiers de consommer leur nourriture traditionnelle.

culture vietnamienne cuisine

Tout comme la domination coloniale française a influencé divers aspects de la culture vietnamienne, son impact se ressent aussi dans la cuisine. Le Banh Mi Thit, sandwich dans une baguette farcie de viande (poulet ou bœuf), de légumes frais, de sauce et d’herbes, est une autre délicatesse vietnamienne qu’on trouve dans tous les restaurants et même dans les stands de rue. C’est un parfait exemple de fusion franco-vietnamienne.

>> À lire aussi : 11 influences françaises sur la culture vietnamienne

Cet article ne vous donne qu’un aperçu de la richesse de la culture et du patrimoine vietnamiens. Mais la lecture ne remplace pas l’expérience ! Pour vraiment vous imprégner de l’âme du Vietnam, rien ne vaut un voyage dans ce pays fascinant. Explorez ses recoins cachés, mêlez-vous à la population locale, soyez ouvert à de nouvelles aventures et vous vivrez à coup sûr des vacances inoubliables ! N’oubliez pas que vous êtes un voyageur, pas un simple touriste. S’immerger dans les traditions et les coutumes d’un pays est une expérience enrichissante qui nourrit l’esprit, le corps et l’âme. Alors, prêt pour un voyage sur mesure au Vietnam ?