Les différentes architectures des habitats au Vietnam

La richesse culturelle du Vietnam s’exprime de manière remarquable dans la diversité de ses habitats. Que ce soit en ville ou à la campagne, d’une région à l’autre, d’une ethnie à une autre, vous serez émerveillé lors de votre prochain voyage sur mesure au vietnam par son incroyable patrimoine architectural, aussi varié que captivant. Des maisons-tubes aux demeures coloniales, en passant par les habitations traditionnelles des minorités ethniques, chaque type d’habitat reflète un mode de vie unique et une adaptation ingénieuse à l’environnement.

La maison tube

Maison tube vietnam

Les maisons tubes sont une particularité architecturale emblématique du Vietnam, façonnant le paysage urbain de manière singulière. Étroites et profondes, ces habitations doivent leur forme atypique à une taxe foncière instaurée au XIXème siècle, calculée en fonction de la largeur de la façade donnant sur la rue. Imbriquées les unes aux autres, elles se déploient en profondeur, tels de longs tubes étroits, subdivisés en différentes sections. La première partie peut abriter un commerce ou servir à garer les scooters la nuit, suivie du salon, puis de la cuisine tout au fond. Les étages supérieurs accueillent les chambres familiales, une pièce dédiée au culte des ancêtres et un toit-terrasse aménagé en buanderie. Pour découvrir un superbe exemple de l’architecture traditionnelle d’une ancienne maison tube centenaire, rendez-vous au 87 de la rue Ma May, dans le fascinant vieux quartier d’Hanoï.

Ancienne maison au 87 de la rue Ma May, Hanoi

Ancienne maison au 87 de la rue Ma May, Hanoi

>> À lire aussi L’ancienne maison du 87 Ma May ou petit vieux Hanoi

La maison à la campagne

maison à la campagne vietnam

Dans les campagnes vietnamiennes, libérées des contraintes fiscales urbaines, les maisons traditionnelles arborent une physionomie radicalement différente. De plain-pied, elles se distinguent par leurs larges façades, généralement composées de trois travées. Celle du milieu fait office de salon et abrite l’autel des ancêtres, tandis que les deux autres servent de chambres. Autrefois, la cuisine et la salle de bain se trouvaient dans un appentis ou une petite pièce attenante. Devant la maison, une cour permet de sécher le riz, de s’adonner à l’artisanat ou de se retrouver en famille. Le jardin, quant à lui, abrite souvent un petit étang à poissons, un potager et des plantes ornementales. Les familles aisées optent pour des demeures en bois précieux couvertes de tuiles vernissées, organisées en U autour d’une vaste cour. Un temple richement décoré y est consacré au culte des ancêtres. Cette cour spacieuse sert à la fois d’espace de travail et de lieu de stockage pour les grandes jarres d’alcool de riz, de sauce soja ou de poissons fermentés, mais aussi de point de rassemblement familial. Pour admirer l’architecture exceptionnelle de plus de 900 maisons traditionnelles, direction le village ancien de Duong Lam, aux portes d’Hanoï, classé patrimoine historique et culturel.
 

Les maisons des minorités ethniques

Maison traditionnelle à Dong Van

Maison traditionnelle à Dong Van

La cinquantaine de minorités ethniques peuplant le Vietnam exprime sa richesse culturelle à travers l’architecture unique de leurs maisons traditionnelles. Nichés dans les hauteurs, les Hmong ont construit des habitations de plain-pied, à même le sol, en bois comme à Sapa ou en pierre comme dans le somptueux géoparc de Dong Van. Plus bas en altitude, dans le nord du pays, les Tay, les Dao, les Muong ou encore les Thaï privilégient les maisons en bois sur pilotis. Le dessous sert au stockage du matériel et aux animaux, tandis que l’étage abrite les espaces de vie. Ce style de maison est associé à la tortue, les pilotis faisant office de pattes, le sol de ventre et le toit de carapace.

Maison longue des Ede

Maison longue des Ede

Sur les Hauts Plateaux du Centre, chaque ethnie se démarque par l’architecture singulière de ses maisons. Les Bahnar érigent d’impressionnantes maisons communales appelées nha rong, au toit de chaume en forme de fer de hache, symbolisant la force des hommes face à la nature, et pouvant atteindre une vingtaine de mètres de haut. L’ethnie Edê, société matrilinéaire, vit quant à elle dans des maisons longues qui s’agrandissent à chaque fois qu’un membre féminin de la famille se marie, les hommes mariés vivant chez leur épouse.

>> En savoir plus: La maison sur pilotis – lieu de conservation la culture des Muong

Les maisons-jardins de Hué

maisons-jardins de Hué

Rescapées des tourments de l’histoire, les maisons-jardins, emblèmes de l’architecture originale de Hué, se concentrent sur les deux rives de la rivière des Parfums. Anciennes demeures des hauts dignitaires de la cour impériale, elles témoignent du raffinement de l’élite d’antan. Leur architecture marie harmonieusement le style populaire et royal, en quête de perfection sous des airs de simplicité et de sobriété, tout en s’intégrant parfaitement à l’environnement naturel. Quelques-unes, ouvertes à la visite, vous permettront de goûter à cet art de vivre qui perdure dans l’ancienne cité impériale des seigneurs Nguyen, classée à l’Unesco.

>> En savoir plus: La maison-jardin An Hiên, havre de paix à Hué

Les maisons centenaires de Hoi An

maisons centenaires de Hoi An

Hoi An, ville unique au Vietnam et en Asie du Sud-Est, abrite un patrimoine architectural exceptionnel qui lui vaut une place au patrimoine mondial de l’Unesco. Son centre historique regorge de plus d’un millier de bâtisses centenaires à ossature de bois, mêlant époques et styles variés : maisons-tubes vietnamiennes, boutiques et temples chinois en bois, demeures coloniales françaises, éléments architecturaux japonais. Certaines de ces vénérables demeures, ouvertes au public, témoignent de la prospérité de ce comptoir commercial du sud-est asiatique aux 16ème et 17ème siècles, lorsque Chinois, Japonais et Européens y convergeaient pour commercer.

>> En savoir plus: La maison ancienne de Phung Hung à visiter à Hoi An

Les demeures et bâtiments coloniaux

Maison coloniale Vietnam

Héritage de la présence française, les demeures et bâtiments coloniaux parsèment encore le Vietnam, intégrés désormais au patrimoine architectural national. Durant l’époque coloniale, le pays fut un fascinant laboratoire architectural. Après des années de style néo-classique, des architectes inventèrent le style indochinois, inspirant l’actuelle architecture vietnamienne. Initié par Ernest Hébrard, ce style fusionne les standards techniques et les décors de l’architecture contemporaine française avec les styles et techniques traditionnels du Vietnam. À Hanoï, le musée national de l’Histoire du Vietnam, le ministère des Affaires Étrangères et l’université nationale illustrent cette inspiration novatrice.

>> En savoir plus: Top des 10 ouvrages centenaires de l’architecture française à Hanoi