Alexandre Yersin et ses traces indélébiles au Vietnam

Médecin et bactériologiste français d’origine suisse, découvreur du bacille de la peste, le docteur Alexandre Yersin a laissé une trace indélébile au Vietnam où il mourut le 28 février 1943, à Nha Trang.

Alexandre Yersin, aventurier passionné et scientifique de renom, a profondément marqué l’histoire du Vietnam par ses nombreuses contributions. Pasteurien au profil atypique, il était très apprécié du peuple vietnamien pour son dévouement et son engagement envers le pays. Ses travaux pionniers en médecine tropicale, son exploration de l’Indochine française et son rôle dans le développement économique et social du Vietnam ont fait de lui une figure emblématique, encore vénérée aujourd’hui.

Premiers pas en Indochine

En septembre 1890, après des mois de labeur acharné à l’Institut Pasteur de Paris, Alexandre Yersin ressentit le besoin de s’évader et de découvrir de nouveaux horizons. Il partit alors pour l’Indochine française, où il obtint le poste de médecin des Messageries Maritimes. Profitant d’un long congé, il se lança dans l’exploration de cette région mystérieuse et fascinante. Au cours de trois expéditions périlleuses à travers la jungle indochinoise, réputée particulièrement dangereuse, Yersin compléta l’œuvre des grandes missions précédentes, notamment celles de Doudart de Lagrée et Francis Garnier en 1860, ainsi que la mission Pavie.

Rencontre Alexandre Yersin portrait

Création de la station climatique de Dalat

Lors de ses expéditions, Alexandre Yersin découvrit les magnifiques Hauts Plateaux du Centre, et plus particulièrement le plateau de Lang Biang. Avec le soutien de son ami Paul Doumer, alors gouverneur général d’Indochine, il fonda en 1897 la station climatique de Dalat. Surnommée la “ville de l’éternel printemps”, cette cité perchée à 1500 mètres d’altitude bénéficiait d’un climat tempéré idéal, permettant aux fonctionnaires et soldats français de se ressourcer, loin de la chaleur étouffante de l’Annam et de la Cochinchine.

Attirés par les paysages enchanteurs de Dalat, avec ses lacs cristallins, ses cascades majestueuses, ses douces collines et ses vallées fleuries, de nombreux colons de Saigon y firent construire des villas pour échapper à la moiteur de la capitale du sud. Aujourd’hui encore, les vestiges de la présence française sont omniprésents, des villas aux chalets d’inspiration régionale, en passant par l’ancien lycée Alexandre Yersin, le couvent des Oiseaux, la cathédrale, la villa de l’empereur Bao Dai ou la gare de Dalat, réplique exacte de celle de Deauville.

Grâce à son climat tempéré et ses terres fertiles, la région de Dalat devint rapidement un haut lieu de l’agriculture coloniale, avec l’installation des premières plantations de café, de poivre, de latex et même de vin. Des cultures qui perdurent aujourd’hui et font la fierté du Vietnam, premier producteur mondial de café robusta et de poivre.

Rencontre Alexandre Yersin lycée

Lycée Yersin, le Collège pédagogique de Da Lat aujourd’hui.

Sa vie à Nha Trang

De retour au Vietnam après sa découverte du bacille de la peste, le docteur Yersin s’attela au développement des instituts Pasteur de Hanoï, Saïgon, Nha Trang et Dalat. Il élut domicile à Nha Trang, alors petit village de pêcheurs sur la côte orientale, où il installa un laboratoire dédié à l’étude des maladies infectieuses animales. Ses recherches sur la peste bovine rencontrèrent un franc succès.

Parallèlement, Yersin encouragea dès 1898 l’introduction de l’hévéa au Vietnam. Après plusieurs essais, il parvint à l’implanter en 1899, et les frères Michelin achetèrent ses premières récoltes de latex dès 1903. Toujours à la recherche de nouvelles cultures, il expérimenta également le cacao, le café, le manioc, le palmier à huile, le cocotier et diverses espèces tropicales aux propriétés thérapeutiques. On lui doit aussi l’introduction de l’arbre à quinine, utilisé dans la prévention du paludisme. Son intérêt pour l’élevage le poussa à importer des chevaux pour la production de sérum, ainsi que des races bovines laitières. Soucieux du bien-être des populations locales, il créa une station météorologique qui fut d’une grande utilité pour les pêcheurs.

C’est à Nha Trang, sa ville de cœur, qu’Alexandre Yersin s’éteignit le 28 février 1943, durant l’occupation japonaise. Inhumé à Suoi Dau, à une vingtaine de kilomètres de là, son cercueil fut suivi par une foule immense venue rendre hommage à cet homme de science dévoué au peuple vietnamien. Figure unique de l’époque coloniale, il n’a jamais cessé d’être vénéré au Vietnam, où chaque ville possède un lycée ou une rue à son nom. Nommé Citoyen d’honneur à titre posthume, Yersin dispose même d’un pagodon près de sa tombe, constamment fleuri et parfumé d’encens, privilège inouï pour un étranger. Une imposante statue de granit de 4,6 mètres de haut, érigée dans le parc Yersin de Nha Trang, témoigne de la reconnaissance éternelle du peuple vietnamien envers ce grand homme.

Rencontre Alexandre Yersin bureau

Le bureau de travail d’Alexandre Yersin.

Musée Alexandre Yersin à Nha Trang

Les visiteurs de passage dans la célèbre station balnéaire de Nha Trang ne manqueront pas de découvrir le passionnant musée dédié au docteur Yersin, niché au cœur de l’Institut Pasteur, centre de recherche spécialisé dans les maladies tropicales. Cette exposition captivante rassemble de nombreux objets et instruments de travail ayant appartenu à l’illustre scientifique, ainsi qu’une riche collection de documents relatifs à ses multiples activités, reflets de son insatiable curiosité scientifique. Une plongée fascinante dans l’univers d’un homme d’exception qui a consacré sa vie au progrès de la médecine et au bien-être du peuple vietnamien.

Rencontre Alexandre Yersin musée

>> Vous aimerez lire également : Top 10 des choses à faire à Nha Trang

En conclusion, Alexandre Yersin fut un homme remarquable, un scientifique visionnaire et un humaniste profondément attaché au Vietnam. Son héritage, tant médical que culturel, continue d’inspirer les générations actuelles. Visiter les lieux marqués par son empreinte, du musée de Nha Trang aux rues et lycées portant son nom, offre une formidable opportunité de découvrir l’histoire fascinante de ce pays, à travers le prisme d’une personnalité d’exception. Un voyage sur mesure au vietnam sur les traces d’Alexandre Yersin promet une expérience enrichissante et inoubliable, mêlant science, histoire et immersion culturelle au cœur de l’Indochine éternelle.