Les rouleaux de printemps vietnamiens au top des recettes sur mesure

Les rouleaux de printemps vietnamiens, aussi connus sous le nom de “goi cuon”, sont indéniablement l’un des mets les plus appréciés d’Asie du Sud-Est, capable de rivaliser avec les fameux sushis japonais. Ces délicieux rouleaux, légers, nutritifs et appétissants, constituent l’entrée idéale pour ravir les papilles des convives occidentaux et vietnamiens.

La version classique, appelée cuon tom thit, se compose d’un assortiment savoureux de tranches de poitrine de porc, de crevettes, de vermicelles de riz (bun) fraîches, de concombre, de ciboulette chinoise, de ciboule, de carotte, de mangue verte, de laitue et d’herbes aromatiques. Tous ces ingrédients sont harmonieusement disposés sur une fine galette de riz, puis enroulés avec soin. Le rouleau est ensuite trempé dans une sauce dont la composition varie selon les goûts, pour une expérience gustative des plus savoureuses.

Cette recette, aussi facile que délicieuse, séduit autant les cuisiniers que les gourmets pressés. Sa grande accessibilité et son adaptabilité en font le support idéal pour laisser libre cours à l’imagination culinaire et explorer de nouvelles saveurs. Les ingrédients utilisés pour la garniture varient d’une région à l’autre, et même d’une maison à l’autre, offrant ainsi une multitude de déclinaisons pour varier les plaisirs. On retrouve ainsi différentes viandes comme le porc, le poulet, le bœuf, ou encore des poissons, qui constituent la base de la garniture cuite, accompagnée d’une variété de légumes crus finement préparés.

Véritable fast-food vietnamien populaire et abordable, les rouleaux de printemps sont le en-cas idéal pour calmer une petite faim ou s’offrir une balade gourmande inoubliable. Leur succès ne se dément pas, tant auprès des locaux que des visiteurs étrangers, conquis par cette explosion de saveurs et de textures.

Une symphonie de parfums et de goûts

rouleau de printemps vietnamien garniture

Si la feuille de riz reste un élément constant, la palette de légumes et d’herbes fraîches utilisés pour la garniture est d’une incroyable diversité. Salade, moutarde, carotte, concombre, chou rouge, coriandre, menthe, basilic, houttuynia, mangue verte ou mûre, asperge, ananas, banane verte, champignon Enoki… Autant d’ingrédients qui permettent de créer une multitude de déclinaisons végétariennes, pour le plus grand bonheur des adeptes.

Côté assaisonnements, on retrouve couramment le pâté de porc vietnamien, l’œuf frit, le tigre de fromage, et même des lamelles d’oreilles de cochon. Et bien sûr, pour accompagner cette symphonie de crudités, une assiette de vermicelles de riz et un petit bol de sauce sont indispensables. Véritable pilier de la cuisine vietnamienne, la sauce est la clé de voûte des rouleaux de printemps. Il existe trois sauces principales, chacune révélant l’origine géographique du plat au Vietnam.

Sauces pour rouleaux de printemps : à chaque région son identité

rouleau de printemps vietnamien hanoi

Les habitants du Nord, et notamment les Hanoïens, ont l’habitude d’accompagner leurs rouleaux d’une sauce nuoc mam, une préparation aigre-douce à base de saumure de poisson diluée.

Dans le Centre du pays, les gourmets préfèrent le mam nem, une sauce plus consistante et au goût plus prononcé que le nuoc mam, élaborée à partir de poisson fermenté. On y ajoute du sucre, du citron, et un mélange finement écrasé de piment, d’ail et d’ananas pour rehausser les différentes saveurs avant de déguster les rouleaux de printemps.

rouleau de printemps vietnamien sauce

Quant aux habitants du Sud, ils optent traditionnellement pour le nuoc tuong, une sauce de soja fermenté à la fois salée et sucrée, agrémentée de cacahuètes et parfois de jus de coco. Dans certains cas, on y ajoute également un peu de bouillon d’os de porc pour intensifier la saveur. Il est intéressant de noter que l’utilisation de sauce de soja noir fermenté est une habitude culinaire propre aux Saïgonnais, mariant ainsi deux traditions : vietnamienne et chinoise.

En ce qui concerne la garniture cuite, le gourmet a toute latitude pour choisir les ingrédients selon ses préférences. On trouve ainsi des recettes plus modestes, surnommées avec humour goi cuon khong nguoi lai par les Vietnamiens, ce qui signifie littéralement “rouleaux de printemps sans conducteur”. Il s’agit de rouleaux de printemps garnis uniquement de vermicelles de riz et de légumes. Dans des versions un peu plus généreuses, on peut y trouver quelques fines tranches de saucisse chinoise ou une minuscule crevette.

Pour des rouleaux plus colorés et appétissants, il suffit d’ajouter des œufs frits et des tranches de poitrine de porc. Mais ce n’est pas tout ! En utilisant du dialecte grillé ou du tilapia rouge cuit à la vapeur, vous obtiendrez des rouleaux des plus affriolants pour épater vos convives.

Dans certaines régions du Sud, les rouleaux de printemps se déclinent en version plus sophistiquée, avec des lamelles de buffle ou des cuisses de bœuf marinées aux citronnelles et cuites à la vapeur, devenant ainsi une spécialité incontournable des repas de fête. Les possibilités de mariages de saveurs sont infinies, offrant toujours des combinaisons insolites et savoureuses. Il n’est donc pas étonnant que les rouleaux de printemps occupent une place de choix dans la restauration haut de gamme, s’imposant comme une véritable star de la gastronomie vietnamienne.

Rouleaux de printemps : prêts à déguster ou à rouler soi-même ?

Lorsqu’il s’agit de savourer les rouleaux de printemps, deux options s’offrent à vous : opter pour des rouleaux déjà préparés, ou bien réaliser vous-même vos rouleaux, un par un, à partir des différents ingrédients disposés devant vous. Si certains voyageurs préfèrent gagner du temps en choisissant la première option, d’autres apprécient l’expérience de découvrir le plat en confectionnant eux-mêmes leurs rouleaux, à la manière des locaux. Car le plaisir culinaire ne se limite pas à la recette en tant que telle, mais réside aussi dans la façon dont on déguste le met.

Il est important de rappeler qu’en 2011, CNN a établi une liste des 50 meilleurs plats au monde, dans laquelle deux plats vietnamiens ont été distingués : le pho à la 28ème place, et les rouleaux de printemps à la 30ème place. Que vous les dégustiez chez un vendeur ambulant, dans une gargote, un restaurant réputé ou lors d’une réception, les rouleaux de printemps vous offriront toujours une parenthèse gustative mémorable. D’ailleurs, un voyage au Vietnam ne saurait être complet sans avoir savouré quelques “goi cuon”. Alors n’hésitez pas à vous lancer, et laissez vos doigts vous guider pour un double plaisir gustatif et créatif !

À découvrir aussi :

>> Top 10 des plats à ne pas manquer au Vietnam

En conclusion, les rouleaux de printemps vietnamiens sont bien plus qu’un simple plat. Ils incarnent l’essence même de la cuisine vietnamienne, alliant fraîcheur, équilibre des saveurs et créativité. Que vous soyez un fin gourmet ou un voyageur curieux, ne manquez pas l’occasion de découvrir cette merveille culinaire lors de votre prochain voyage sur mesure au Vietnam. Bonne dégustation !

Copy
Retry